Paroisse Saint-Pascal-Baylon
Paroisses
Sacré-Coeur de Bourget et Saint-Pascal-Baylon
Accueil | Nous joindre | Livre de visite | Plan du site    
Vous aimeriez savoir ? :: Historique de l'église Sacré-Coeur de Bourget Imprimer cette page   Envoyer cette page à un ami   
Historique de l'église Sacré-Coeur de Bourget
 
DSC01307-C_en

Pour accompagner votre découverte de l'église du Sacré-Coeur de Bourget   

 ‘Toi qui entres dans cette église, laisse-toi saisir...  Ouvre ton coeur à l’Évangile.’

Abbé Louis Fohssié, curé

Pourquoi une ÉGLISE à Bourget ?

L’Église, c’est le rassemblement des chrétiens et des chrétiennes qui accueillent Dieu qui vient à nous. L’assemblée est ce qui rend visible l’Église.  En 1885, l’assemblée des catholiques du «Brook» devenant de plus en plus grande, une chapelle de bois fut érigée avec la recommandation de Mgr Duhamel, évêque d’Ottawa.  Ainsi, une première messe présidée par le curé de la paroisse, Georges Talbot, est célébrée le 26 juillet 1885 dans cette chapelle de bois où loge maintenant l’édifice de la Banque Nationale de Bourget.  Depuis cette date, la paroisse est entrée dans une période de progrès toujours croissant. Le beau nom de Bourget a remplacé celui de «The Brook».

Au Coeur du village...

 L’église de Bourget est fort bien intégrée au paysage architectural du village. Flanquée d’arbres et d’un grand espace vert en façade, l’église se dresse fièrement au coeur des maisons avoisinantes, sans s’inscrire en concurrence avec elles. C’est un volume puissant toutefois, massif, tel une borne, un signe, qui se dresse au coeur du village.

 L’église présente une façade principale qui s’ouvre vers l’ouest avec un portail majestueux, couronné des symboles eucharistiques, le blé (pain) et la vigne (vin).  Une statue du Sacré-Coeur, composée de cuivre, d’étain et de plomb, recouverte d’une couche d’or et mesurant sept pieds de hauteur, sise sur un bloc de marbre indien, est déposée sur le comble du toit de l’église.

Une église en briques...

 La brique est le matériau choisi pour la construction de plusieurs maisons patrimoniales de notre village. Faite de Terre, d’Eau, de Feu, symboles essentiels de l’Ancien Testament, la brique est aussi un matériau de notre époque. La brique naît du travail des humains appelés à poursuivre l’oeuvre de Création.  Les 250 000 briques et plus proviennent de la région de Prescott-Russell.

Les peintures de l'église...

  En 1921, l’artiste-peintre T.X. Renaud orne l’église de peintures représentant des scènes de la vie du Christ. Sur la voûte, depuis le fond de l’église jusqu’au sanctuaire, nous retrouvons: Le Bon Berger, la Nativité, La Sainte Famille, Laissez venir à moi les petits-enfants, la Cène, Au jardin de Gethsémani. Au bras nord du transept, Marthe et Marie ; au bras sud du transept, La Samaritaine.

 La statuaire de l'église...

 Quelques statues ornent l’intérieur de l’église. D’abord, une statue colossale représentant le Sacré-Coeur de Jésus. Cette statue couronnait jadis le maître-autel. De part et d’autre du sanctuaire, on retrouve la Vierge Marie et Saint-Joseph.  De plus, à l’entrée sud de la façade, une pieta peut être admirée.

Un espace de lumière...

 Comme dans la plupart des édifices chrétiens, le volume intérieur de l’église est issu d’une recherche sur la lumière. Le vaisseau intérieur offre une architecture de style néo-roman. Le sanctuaire est orienté vers l’est, le côté du soleil levant, symbole du Jour nouveau et de la résurrection du Christ. Les vitraux du transept ainsi qu’un petit vitrail percé dans la voûte à la hauteur de l’autel à l’effigie d’une colombe représentant l’Esprit Saint font baigner le sanctuaire d’une douce lumière.

 À la tribune de l’orgue, nous retrouvons le vitrail de Sainte-Cécile, patronne des musiciens. Au-dessus du portail central, Sainte-Marguerite-Marie, propagatrice de la dévotion au Sacré-Coeur de Jésus. De part et d’autre de la nef centrale, Saint-Patrick, Saint-Isidore laboureur, Saint-Jean l’Évangéliste, Saint-Jean-Baptiste, Saint-Charles-Borromée, Saint-François-Xavier. Dans la section du bras nord du transept, nous retrouvons Saint-Paul (avec son épée), Saint-Matthieu, Sainte-Jeanne-d’Arc, Sainte-Thérèse. Dans la section du bras sud du transept, Saint-Jacques-le-Majeur (avec son bâton de pèlerin et sa coquille), Saint-Pierre (avec ses clés), Saint-Curé-d’Ars, Saint-Léon-le-Grand.  Les vitraux de l'église sont de facture art déco.

Le sanctuaire de l'église...

 Dès notre entrée dans l’église, le regard est attiré vers l’autel. Table de l’Eucharistie, il est le lieu d’où s’élève vers Dieu, l’offrande de l’Église. Il y a aussi l’ambon, pupitre en bois de chêne, qui est le lieu de la proclamation de la Parole de Dieu. Le siège du président se retrouve également dans le sanctuaire. Ainsi sont signifiés les lieux où se déploient la présence du Christ Vivant : dans la Parole proclamée, dans le ministère du prêtre qui préside l’assemblée, dans l’assemblée, Peuple de Dieu, dans le pain et le vin eucharistiés. Le mobilier actuel du sanctuaire a été conçu par Paul Gauthier en 1967.

Le Baptistère

 À l’entrée sud de la façade principale, nous trouvons le baptistère, lieu de la célébration du baptême, sacrement de l’entrée dans l’Église, dans la communauté des croyants et des croyantes. On y voit le cierge pascal, symbole du Christ Lumière, orné d’une sculpture de bronze représentant le Christ Resusscité, exécuté par l'artiste Pascal Demonsand.

L’orgue de l'église

 En 1921, l’église est dotée d’un orgue à tuyaux fabriqué par la Maison Casavant de Saint-Hyacinthe au Québec. Cet instrument de deux claviers comporte une douzaine de jeux ainsi qu’un pédalier. Entièrement relevé en 2000, l’orgue soutient la prière de l’assemblée et lui donne un souffle nouveau.

Le plan de l'église...

L’église Sacré-Coeur-de-Jésus de Bourget a adopté le plan cruciforme de la croix latine grâce aux ajouts des deux bras du transept en 1921. La croix est le signe qui caractérise les chrétiens et les chrétiennes, signe de la victoire du Christ sur la mort et d’un amour sans limite pour chacun de nous.

Église Sacré-Coeur de-Jésus...

L a résurrection est le centre de la foi et de l’espérance des chrétiens et des chrétiennes. Jésus a été crucifié, est mort, est ressuscité. La résurrection du Christ est le fondement du christianisme et a constitué le thème de la prédication des apôtres. La résurrection fait éclater un Amour que la mort ne peut enfermer dans un tombeau. Et cet Amour a pour nom Jésus, cet homme au Coeur de feu, le Sauveur du monde, le Fils du Dieu Vivant.

Coeur Sacré de Jésus, priez pour nous!

La cloche de l'église...

 Depuis le 15 juin 1886, une cloche abrite la tour nord de l’église depuis l’ouverture de l’église. Elle appelle les fidèles à la prière, annonce et souligne les événements marquants de la vie de foi de l’Église. Fondue à Chanteloup, France, en 1883, pesant 850 livres, bénite par Mgr Duhamel, la cloche a été baptisée sous les noms de Thomas, Georges et Clément, en l’honneur de Mgr Joseph-Thomas Duhamel, l’abbé George Talbot, premier curé de la paroisse, Clément Potvin, un des premiers pionniers de la colonie du Brook.

Le trésor de l'église...

 Une scène de la Nativité de Notre-Seigneur (crèche de Noël) a été entièrement restaurée grâce à la générosité des artistes locaux sous la direction de Colette Dromaguet et de Pascal Demonsand en 2003.  Cette crèche centenaire est installée chaque année pour le temps de Noël.  Quelques vases sacrés, dont une coupe en argent et or, offerte par l'abbé Edouard Ladouceur, ancien curé de Bourget, et une autre coupe en argent et or, offerte par les Chevaliers de Colomb de Bourget à l'occasion du centenaire de la Paroisse complètent le Trésor de l'église.  Ces vases servent toujours aux célébrations liturgiques.

Une église centenaire...

 À l'arrière de l'église, on peut admirer une sculpture sur bois de l'église Sacré-Coeur, exécutée dans le cadre des fêtes du centenaire de la fondation de la Paroisse.  Aussi, une pierre commémorative, posée près de la rue devant l'église, rappelle combien depuis 1885 une communauté vivante est établie à Bourget.

 Quelques dates et chiffres

  • 600 places assises
  • 26 juillet 1885 date de l’érection canonique de la paroisse et célébration de la première messe dans une chapelle de bois.
  • 15 juin 1886 Installation d’une cloche..octobre 1889 construction de l’église actuelle au prix de 9 500$.  Plan de l’église par Victor Roy, architecte de Montréal.
  • 24 octobre 1889 bénédiction de la nouvelle église Sacré-Coeur-de-Jésus du Brook
  • 1910 Achat de la lampe du sanctuaire actuelle
  • 1er juillet 1910 The Brook change de nom pour celui de Bourget
  • 1921 construction du transept, installation de vitraux, construction de deux nouvelles tours, achat d’un orgue le 28 septembre de cette même année
  • 1921 Érection du Chemin de Croix actuel
  • 30 septembre 1928 Installation d’une statue du Sacré-Coeur sur le comble du toit de l’église, bénite par Mgr Forbes, archevêque d’Ottawa.
  • 1937 Électrification de l’église
  • 1944 Installation d’une soufflerie électrique pour l’orgue.
  • 2001 Restauration de l'orgue

          Petit ruisseau deviendra grand  

devise de la Paroisse Sacré-Coeur-de-Jésus de Bourget

Source bibliographique

Livre-souvenir Bourget Centenaire Avril 1985

******************

Petit lexique

Ambon

  • Tribune élevée dans le sanctuaire d’où la Parole de Dieu est proclamée.

Croix latine

  • Croix dont le bras vertical est plus long que le bras horizontal.

Érection canonique

  • Reconnaissance officielle par l’autorité compétante d’une nouvelle paroisse ou d’une nouvelle église.

Nef

  • Partie d’une église qui va du portail à la croisée du transept et qui est comprise entre les deux murs latéraux (église à nef unique), entre une rangée de piliers et un mur latéral, ou entre deux rangées de piliers (église à trois, à cinq nefs).

Portail

  • Entrée principale d’un édifice, d’un parc, etc., souvent à caractère monumental. Porte monumentale d’un édifice religieux.

Sanctuaire

  • Endroit dans une église où l’on retrouve la table de l’eucharistie, l’ambon et le siège du président de l’assemblée..

Transept

  • Nef transversale d’une église, qui coupe à angle droit la nef principale, et qui donne à l’édifice la forme symbolique d’une croix.
 



© 2018 Paroisse Saint-Pascal-Baylon. Tous droits réservés.
Écrire au webmestre | Dernière mise à jour : 23 février 2018